Anne Sophie Petit, soprano colorature | La Reine de la nuit

Anne Sophie Petit effectue un Bachelor puis un Master d’interprétation soliste à l’HEMU de Lausanne dans la classe de Stephan MacLeod et y remporte le prix Max D. Jost pour l’excellence de ses récitals. 

Jeune Talent Ravel de l’Académie Philippe Jaroussky et lauréate de la Fondation Royaumont, elle intègre en 2020 le Studio de l’Opéra National de Lyon et remporte, avec le pianiste Marcell Vigh, le premier prix du Concours Mahler à Genève. Leur duo Nosztalgia est programmé au Festival Lavaux Classic et au festival Jeunes Talents à Paris. 

Elle fait ses débuts à l’Opéra de Lausanne en 2107 dans les rôles de Musetta (La Bohème), de la Fée dans Cendrillon de Pauline Viardot (2018) et d’Angélique dans Les Chevaliers de la Table Ronde (2019). Elle a chanté comme soliste avec l’OCL, l’OSR, l’Orchestre de Picardie, les Ambassadeurs ou encore Gli Angeli Genève, avec des chefs tels Leonardo Garcia Alarcon, Arie van Beek, Alexis Kossenko, Frank Beermann, Didier Puntos, Jesus Lopez Cobos, Joshua Weilerstein, Nicolas Chalvin, Patrick Marie Aubert et Pierre Dumoussaud. 

Après diverses annulations en raison du Covid (notamment les rôles du Feu, de la Princesse et du Rossignol dans L’Enfant et les Sortilèges à l’Opéra de Lyon), on l’a entendue récemment dans les rôles d’Yniold (Pelléas et Mélisande) à l’Opéra de Rouen, Délie et la Deuxième Prêtresse dans Achante et Céphise de Rameau avec les Ambassadeurs (enregistré chez Warner), et la Reine de la Nuit au Concertgebouw d’Amsterdam avec l’Orchestre du Dix-Huitième Siècle. Invitée régulièrement par l’ensemble Gli Angeli Genève, elle est soliste dans la Messe en Ut de Mozart dirigé par Michel Corboz, et dans Die Israeliten in der Wüste de Carl Philip Emanuel Bach au Victoria Hall de Genève. 

En 2022, elle chante le rôle-titre du Petit Chaperon Rouge de G.-F. Leuenberger (Tours). Parmi ses projets figurent Il Combattimento ou la Théorie du Cygne Noir (Théâtre de Caen, avec l’ensemble Correspondances), une Grecque dans Iphigénie en Aulide de Gluck (Théâtre des Champs-Elysées, avec le Concert de la Loge) et le rôle-titre de la création Pinocchio à l’Opéra de Lausanne.